Bon_a_Tirer_20110325041252
 Bon à Tirer (B.A.T.) (Hall Pass) de Bobby et Peter Farrelly. USA. Distribution : Owen Wilson, Jason Sudeikis, Jenna Fischer, Nicky Whelan... Genre : Comédie. Durée : 1h45. Sortie en salles le 27 avril 2011.  

Des blagues scatophiles, des allusions sexuelles sans limites, des moments de bravoure émouvants... Pas de doutes, les frères Farrelly sont de retour aux affaires ! Rick (Owen Wilson) et Fred (Jason Sudeikis), deux potes, obtiennent de la part de leur femme respective un bon à tirer, une semaine pendant laquelle ils pourront faire absolument tout ce que les liens du mariage interdissent en temps normal. Comme souvent avec les Farrelly, on se paye des gags et des dialogues aussi hilarants que puérils, mais n'est-ce pas ce qu'on attend de leur comédie au final ? La semaine "zéro limite" qu'entament nos deux personnages loufoques est prétexte à une critique sociale poignante, notamment dans l'anticonformisme de Owen Wilson et Jason Sudeikis, tous les deux excellents. Ainsi le film abondent de scènes d'anthologie - le sauna, la salle de massage, la course poursuite, la boite de nuit... la liste est encore très longue. Une seule scène suffit pour dénoncer l'aveuglement du capitalisme et le conservatisme d'une certaine classe américaine (qu'on se gardera d'appeler les "riches") ! Même s'il y a quelques légères longueurs et que ce n'est pas le meilleur film des frangins, B.A.T. est une comédie à ne pas louper.

Note : ***

 

thor_13219_1232996330

Thor de Kenneth Branagh. USA. Distribution : Chris Hemsworth, Natalie Portman, Anthony Hopkins, Tom   Hiddleston... Genre : Action, Fantastique. Durée : 1h54. Sortie en salles le 27 avril 2011.

Nouvelle adaptation cinématographique d'un comic-book Marvel, Thor relate l'exil du fils d'Odin sur Terre, après avoir déclaré une guerre dans son royaume d'Asgard. Le début était prometteur, avec une introduction au monde d'Asgard sans faille, des eujeux dramatiques conséquents avec les questions de gestion dynastique, et des scènes d'action rapides mais efficaces. Malheureusement la partie dans Jotunheim est la seule bonne chose à retenir du film. Car une fois exilé sur Terre, Thor devient subitement un surfer californien qui occupe son temps à manger des hot-dogs, boire de la bière, montrer ses muscles à Jane Foster, scientifique campée par une Natalie Portman qui ne fait que cachetonner. Ah j'oubliais, il fait la cuisine pour ses amis Terriens, avec le torchon sur l'épaule et le "je vous en prie" de rigueur. Pas mal pour un Dieu viril et arrogant ! Le partie sur Terre occupant environ les 2/3 du film et étant d'un vide scénaristique affligeant, Kenneth Branagh comble cela par des gags pitoyables et redondants (et va y que je me fasse renverser par une voiture deux fois), une esquisse de relation entre Thor et Jane Foster très peu convaincante, des dialogues involontairement parodiques (cf. "Chef, y'a Robin des bois, Jackie Chan, Wonder Woman et un nain géant dans la rue"). Toujours dans le manque d'originalité, le Destroyer que Thor combat dans le petit village du Nouveau-Mexique est la réplique presque parfaite du robot du Jour où la Terre s'arrêta de Robert Wise. Ce combat m'a d'ailleurs beaucoup fait rire, dans le genre pub Axe avec la nana qui articule bien son "Oh my God" devant le gentil héros qui marche au ralenti vers son ennemi. Un moment grandiose. Comme on a l'habitude avec les films Marvel, on décèle de nombreuses références à l'univers des super-héros*, comme ce passage express de Oeil-de-Faucon (Jeremy Renner). Avec un tel potentiel au vu de la bande-dessinée, il est vraiment dommage de se retrouver face à un film qui ne raconte quasiment rien, qui retranscrit assez mal l'univers (comme la façon dont le Bifrost a été transformé) et qui, au final, n'est qu'un épisode pilote pour le futur film The Avengers.

Note : *

 

* Vous pouvez retrouver les références expliquées ici.

 

detective_dee_affiche_fr                                                                                                                                                 Detective Dee - Le Mystère de la Flamme Fantôme de Tsui Hark. Chine. Distribution : Andy Lau, Li Bingbing, Tony Leung Ka Fai... Genre : Thriller, Fantastique, Historique. Durée : 2h03. Sortie en salles le 20 avril 2011.

Ayant participé à la démocratisation du film de sabre chinois (Wu Xia Pian) auprès des Occidentaux avec la saga Il était une fois en Chine, Tsui Hark renoue avec le genre dans Detective Dee, dans lequel le juge Ti est rappelé de prison pour résoudre une mystérieuse affaire de flamme fantôme par la toute première femme sur le point d'accéder au pouvoir en Chine en 690. Mélange subtil de faits/personnages historiques et d'éléments fantastiques, Detective Dee est en réalité un film loin de se cantonner au film de sabre, l'intérêt étant par dessus tout l'enquête passionnante que mène le juge Ti, qui découvrira par lui-même l'ampleur du complot contre le pouvoir. A bien y regarder, Detective Dee est un peu le Hellboy II chinois : personnages marginaux se retrouvant confronté à toutes sortes de créatures et phénomènes fantastiques, combats dynamiques et virevoltants, allusions mythologiques... Tsui Hark propose un film totalement fou et jouissif, avec des scènes de combat gonzo (Dee vs. les cerfs) et audacieuses (le combat hallucinant dans la grotte), agrémenté d'effets spéciaux certes cheap mais plaisants. De plus le film brille par la performance des acteurs : la star Andy Lau bien sûr, mais aussi Bingbing Li, Tony Leung Ka Fai et tous les seconds rôles. Ne souffrant que de quelques effets de caméra télévisuels par moments, Detective Dee est une transposition brillante de la Chine impériale dans un contexte imaginaire, peuplé de nombreuses références mythologiques (Charon et le Styx par exemple). Tsui Hark se permet au passage de dénoncer la situation actuelle de la Chine, par le personnage enragé et révolutionnaire qu'est le juge Ti - égo cinématographique du réalisateur. Une manière de dire que les choses n'ont pas beaucoup évoluées... Après le retour du western avec True Grit, voici le come-back du Wu Xia Pian avec ce somptueux Detective Dee.

Note : *****