Tron_l_heritage  Tron L'Héritage (Tron  Legacy)

 

 Sortie en salles le 9 février 2011

 

 Réalisé par : Joseph Kosinski

 Avec : Jeff Bridges, Garrett Hedlund, Olivia  Wilde...    

 Film américain

 Genre : Video Games Killed Reality

 Durée : 2h06

 

Exemple typique de film qui mise tout sur son aspect visuel au détriment d'une narration cohérente, Tron Legacy n'est en rien "l'expérience cinématographique" promise. Malgré quelques (rares) séquences époustouflantes (le plan aérien d'ouverture, la poursuite en chute libre finale...), le film porte indéniablement l'idéologie puante et mercantile de Disney (remember Alice Au Pays des Merveilles). D'un manichéisme enfantin et sans aucun enjeu emmotionnel, les acteurs semblent perdus dans ce bordel numérique qui emprunte carrément des plans entiers à Star Wars, Avatar et j'en passe. Jeff Bridges l'a dit lui-même, il n'était pas à l'aise avec la motion capture : pas de caméra apparente, pas de plateau... Et cela s'en ressent lors du visionnage, même si il a toujours autant de classe... Bref un film au rythme lent et qui ne dégage aucune personnalité (le manque de charisme du héros n'y ait pas pour rien), alors que la thématique autour du monde virtuel qui devient incontrôlable aurait pu accoucher d'une oeuvre beaucoup mieux traitée.

Game Over ? YES    

 

Les_Voyages_de_Gulliver_Affiche_France Les Voyages de Gulliver

 

 Sortie en salles le 23 février 2011

 

 Réalisé par : Rob Letterman

 Avec : Jack Black, Emily Blunt, Jason Segel...

 Film américain

 Genre : Bienvenue chez les p'tits

 Durée : 1h25

 

Nouvelle adaptation à l'écran du célèbre roman de Jonathan Swift (1721), Les Voyages de Gulliver version Black-Letterman n'a plus grand chose à voir avec l'histoire originale. Les scénaristes ont modernisés l'ensemble sans se soucier de la perte de cohérence et de réalisme que cela suppose. On se tape alors des blagues d'un niveau proche du néant, des situations empruntées aux récents succès du box-office (Iron Man en tête)... Le pauvre Jonathan Swift n'aura jamais vu son oeuvre aussi maltraitée, ce n'est pas pour rien que son nom n'est pas évoqué dans le générique. Jack Black s'est engouffré dans un film pour enfants bas de gamme, mais nous offre heureusement quelques numéros de one-man show des plus sympathiques. Les Liliputiens cabotinent comme c'est pas permis, et le triangle amoureux est d'un gnan-gnan légendaire. Heureusement que le film était en version normal, car payer le supplément 3D pour un film pareil, ça aurait mérité un procès pour "film procurant un ennui mortel".